Paotred

Salle polyvalente, Complexe des 2 ruisseaux 3 avenue des 2 ruisseaux, Chantepie

dans le cadre de la Journée internationale des Droits des femmes

À partir du

07 / 03

2021

De 15h30

à 16h30

Conditions

Gratuit - réservation conseillée

Public ciblé : de 7 à 99 ans

Paotred
7 mars 2021
15h30 – Complexe des Deux Ruisseaux – gratuit

Paotred – dans le cadre de la Journée internationale des Droits des femmes

Trio Annie Ebrel, Nolùen Le Buhé et Marte Vassallo
Concert – dès 7 ans

Marthe Vassallo, Nolùen Le Buhé et Annie Ebrel abordent la Journée internationale des Droits des femmes à rebrousse-poil, puisque leur spectacle est consacré… aux « chansons d’homme » ! Si le choix de ce thème s’accompagne d’un sourire, il n’en correspond pas moins à une véritable réflexion.

Dans la longue traversée de la tradition orale, on a souvent mis en avant le rôle des femmes dans la transmission et leur place dans les histoires chantées. On en oublie de voir qu’en réalité les hommes sont omniprésents : ce sont eux qui s’expriment dans la quasi-totalité des chansons d’amour, et dans bon nombre de chansons légères ; eux seuls qui, autrefois, pouvaient aller danser et chanter où bon leur semblait ; eux qui agissent, en bien ou en mal, dans la plupart des gwerzioù (complaintes anciennes… Avec l’humour et la sensibilité qui caractérisent le trio, Paotred interrogera la parole et l’image masculines dans les chansons traditionnelles de Bretagne : de l’évidente inégalité hommes-femmes à une bien plus subtile histoire des solidarités et des fragilités, et de ce que les hommes endurent des autres hommes.

Certes, chercher soudain des « chansons d’homme » comme on a coutume de chercher des « chansons de femmes », c’est mettre en valeur le fait qu’aujourd’hui encore le masculin est la norme et le féminin l’exception ; c’est aussi éclairer un monde où il ne faisait pas bon être femme. Mais ce qui apparaît également, c’est l’oppression des hommes par les hommes. Et, tout d’un coup, il tombe sous le sens que, si souvent, ce soient des femmes qui aient chanté ces témoignages d’hommes : en chantant ce qu’ils avaient tant de mal à dire, elles parlaient pour eux. L’inversion des rôles, si piquante soit-elle, ne sert qu’à montrer combien ceux-ci demandent à être dépassés.
Au-delà, il n’y a plus ni femmes ni hommes, seulement un trio d’artistes en pleine possession de leur chant, racontant le chagrin, la rigolade, la crainte et la joie, avec de grandes voix qui parlent pour nous tous.

Des voix de femmes viriles

Si de nos jours la virilité est synonyme de puissance et de présence, le trio formé par ces trois grandes voix de Bretagne l’est sans aucun doute. Elles sont connues pour leur incomparable connaissance du patrimoine chanté de Bretagne, pour leur respect de la tradition qu’elles mettent merveilleusement en valeur, tout en s’autorisant à modeler avec une grande habileté, le sillon de la tradition.
Chacune reconnue individuellement comme l’une des plus grandes chanteuses bretonnes, les voir (et surtout les entendre !) en trio est une opportunité immanquable. Déjà il y avait la voix de chacune… mais le mariage des trois est de toute beauté. Et elles en jouent de leur voix, qu’elles chantent à l’unisson ou en polyphonie, en français ou en breton, en paroles ou en sons.

Allez plus loin :

La médiathèque propose une conférence sur le cycle féminin, le 10 mars à 19h30.
Inscription conseillée (auprès de la Médiathèque).